Et le plus grand sportif français de tous les temps est…

Comme j’aime le suspens, je vous donne quelques indices. À coté de lui, Schwarzy a l’air d’une belle lopette, c’est Samuel Beckett qui l’emmenait à l’école et, en 1988, lui et Hulk Hogan se sont foutus sur la gueule devant la bagatelle de 93173 spectateurs, lors du Wrestlemania III. Alors ? Une idée ?

À moins que vous ayez été fan de catch dans les années 1970-80 ou que vous perdiez beaucoup trop de temps sur les internets, il est peu probable que vous ayez la réponse. Un des plus grands sportifs français, si injustement oublié par la mémoire collective ? Est-ce bien possible ? Ha ça oui, on en parle de Platini, Bernard Hinault, et autres Alain Mimoun, mais quid de celui dont je viens de vous dresser le portrait ? Comme je ne pouvais décemment pas laisser passer une telle injustice, je me mets aujourd’hui à mon clavier pour vous parler d’André Roussimoff, aussi appelé André the Giant.

1-andreporte

Le gros kiff d’André : soulever des gonzesses. Par paquet.

André, c’est un solide gaillard, de 2,24m et de 235 kg, un mec à la cool mais que sa taille a quand même un poil handicapé dans la vie quotidienne. Déjà à 12 ans et 120 kilos bien tassés, André a le seum : son gabarit hors norme lui empêche de prendre le bus scolaire avec ses potes. Heureusement, la famille Roussimoff n’est pas sans ressource : le père d’André avait aidé un type à s’installer dans le coin et il se trouve que celui-ci a un cametard, véhicule idéal pour transporter les gens de la carrure de notre héro. Et voilà donc comment le géant se retrouve à covoiturer aux côtés de Samuel Beckett tous les matins pour aller à l’école. Je vous imagine déjà vous interroger sur la nature des conversations ayant pu avoir lieu entre le père du théâtre de l’absurde et notre catcheur. Et bien point de discussions métaphysiques selon ce dernier : elles reposaient essentiellement sur le cricket, leur passion commune.

Sa vingtaine, André la passe dans les années 1960, à tatanner des gus sur des rings à travers le monde, imposant son style en Angleterre, en Nouvelle-Zélande ou au Japon avant de se faire repérer par une ancienne star du catch français et d’être emmener aussitôt outre-Atlantique ou il ne tardera pas à attirer les foules, curieuses de voir celui qu’on commence à appeler “André the Giant”.

1-andrering

Un goût vestimentaire à la mesure de son talent.

Au fil des années, André s’impose dans le cœur des fans, le gentil géant à la côte : il est le catcheur le plus payé en 1974 et devient même le premier catcheur à faire la couv’ de Sports Illustrated, en 1980. Si ça c’est pas la classe ! Il se bat notamment contre les autres géants du circuit, notamment “le Géant Mongol” – Killer Khan – lors du Mongolian Stretcher Game, qui comme son nom l’indique est un match qui n’a qu’une seule issue possible : le brancard.

Le dernier grand fait d’arme d’André, ce sera son duel avec l’un des autres catcheurs les plus connus de l’époque : le très moustachu Hulk Hogan. C’est lors de cet événement, Wrestlemania III, qui rassemblera plus de 93000 spectateurs (record pour une compétition sportive qui ne sera battu que 25 ans après) que Hulk mettra fin à la série de victoires de l’un des catcheurs les plus charismatiques de l’histoire de son sport, et nous permettra par la même de parler d’autre chose que de catch, ce qui est appréciable.

1-WrestleManiaIII

Car en effet, en dehors des rings, ce qui fait d’André un être exceptionnel – oui, ne pesons pas nos mots – c’est la multitude d’anecdotes qui le concernent.

Lors du tournage à Mexico de Conan le destructeur – ouais, André a aussi joué dans quelques films – les acteurs se retrouvaient souvent dans un restaurant, pour manger un ou deux bœufs. Et ce qu’il faut savoir d’André, c’est que c’est lui qui paye. Toujours. Qu’il invite ou qu’on l’invite. Aussi, quand un jeune acteur essaya de malicieusement de le feinter en s’éclipsant avant la fin du repas, passant par les cuisines pour essayer d’atteindre la caisse, il se sentit soudain “soulevé dans les airs et retransporté de la même manière, tranquillement jusqu’à sa chaise, comme une petit garçon,” par un André bien décidé à ne pas se faire voler la priorité. L’acteur en question ? La star du film : Arnold Schwarzenegger, qui a quand même l’air d’une belle lopette sur la photo si dessous.

1-schwarz

Notre ami André est aussi de notoriété publique un consommateur d’alcool comme il y en a peu, ce qui lui a valu le titre de The Greatest Drunk on Earth (le plus gros poivrot du monde). Avec une taille et un poids pareils, on se doute bien qu’André avait un métabolisme légèrement différent de l’être humain lambda et que deux binouses ne lui suffisaient pas pour se la coller. La légende veut ainsi qu’André consommait quotidiennement 7000 calories rien qu’en alcool (pour indication, 25cl de Heineken = 100 calories) et qu’il se se soit enfilé en 6 heures – et lors d’une soirée où ses acolytes avaient envie de compter – 119 bières. On assista alors à l’une des rares fois où il s’effondra dans le lobby de l’hôtel sous le poids de l’alcool. Évidemment on ne bouge pas notre André comme ça, si bien que malgré les protestations du directeur de l’hôtel, notre champion passa la nuit dans la même position.

(Si les anecdotes mêlant André et la liche vous intéresse, sachez que c’est normal et que vous en pouvez en trouver d’autres en cliquant ici)

1-beer

Ceci est la main d’André tenant une canette de bière.

Et si je vous dit qu’il y a un rapport entre notre André et Obama, vous me-dites quoi ? Que c’est incroyable. Et vous avez raison. Bon je vous l’accorde, sur ce coup là, la relation est moins “directe” puisqu’il y a un intermédiaire : Shepard Fairey. Mais si vous le connaissez, c’est le type qui a fait l’affiche de campagne de Barack, en rouge et bleu et blanc, avec le fameux “Hope”. En effet Shepard, 20 ans avant de bosser pour le parti démocrate, était à la base d’un mouvement de streetart et alors qu’il essaye d’initier un de ses potes à l’art du pochoir, il prend le premier truc qui lui tombe sous la main : ce sera une pub pour le catch représentant André. Son pote trouve l’idée à chier, mais lui trouve ça désopilant, et en fait un pochoir vite fait sur lequel il colle le slogan Andre The Giant Has A Posse, à la fois pour parodier son groupe de potes et les rappeurs en vogue – notamment Public Enemy, NWA et Ice-T – qui usaient et abusaient du terme “Posse” à cette époque.

1-hasaposse

André, une inspiration pour les grands de ce monde.

En l’espace de quelques mois, les murs de nombreuses villes se retrouvent placardés de dizaine de milliers d’affiches et d’autocollant à l’effigie d’André. La design de l’affiche évoluera un peu au fil du temps, la version la plus connue sera sans doute celle faisant figurer le visage d’André et le mot OBEY, sensé dénoncer une société autoritaire et trop orientée vers la consommation. Un documentaire, Andre The Giant Has A Posse, sorti en 1995, abordera ce phénomène et donnera également plus de visibilité à Shepard. Et ouais, c’est peut être grâce à notre géant que Shepard Failey a bossé avec Obama. En tout cas l’iconographie de cette campagne a été reprise de nombreuses fois, comme par le groupe Tenacious D ou les fans de Charlie Sheen.

1-obey

André, chaînon manquant entre Obama et Tenacious D

Pour finir et vous montrer à quel point André fait toujours partie de la culture populaire Américaine, Lil Wayne himself en parle sur la chanson de DJ Khaled “I’m On One”. Je ne vous mets pas le lien car elle est dégueulasse. Le rappeur nous conte en tout cas qu’il entre dans un club avec son crew, des guns et des dollars plein les fouilles et prêts à en découdre – soirée classique – et il annonce “Ohh, I’m about to go Andre the Giant”. On comprendra ce qu’on voudra. Le site rapgenius y voit la métaphore de l’étoile filante : Lil Wayne se considère comme un être qui grandit trop vite pour mourir jeune. Je trouve ça beau mais je me demande quand même si le message n’est pas juste, “je vais te terminer d’un coup de coude en travers la gueule”.

Voilà, vous en savez déjà pas mal sur l’un de plus grands sportifs français de tous les temps, vous allez pouvoir vous la péter en soirée. Si vous vous êtes découvert une passion pour André à la lecture de cet article – ça ne m’étonnerait guère – sachez qu’il est le sujet d’un roman graphique de Box Brown, qui devrait sortir en mai prochain et d’un documentaire, Larger Than Life.

Et si vraiment vous aimez les héros obscurs du catch français, penchez vous donc sur Maurice Tillet, a.k.a the French Angel, dont les gus de chez Dreamworks se seraient inspirés pour créer Shrek. Les salauds.

1-shrek

4 réflexions sur “Et le plus grand sportif français de tous les temps est…

  1. Joli résumé de la vie d’André. Tout à fait d’accord pour dire qu’il est trop méconnu. Habitant en Seine et Marne, j’ai récemment eu l’occasion de passer à Belloy, commune d’ussy sur marne, , le hameau ou il vécut durant son enfance. J’ai eu l’occasion de passer devant sa maison, et d’y rencontrer son frère (Jacques roussimoff) qui s’y trouvait justement au moment de mon passage. Très bon souvenir de ce 13 mai 2016 ! J’aurais vraiment aime pouvoir rencontrer André, dont tout ceux qui l’ont connus témoignent de son extrême gentillesse et de sa simplicité. Un vrai géant !

  2. Pingback: Qui était André le Géant ? - Wetall

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s